LE PERE JEAN -MARIE VINCENT ASSASSINE UNE DEUXIEME FOIS : Le RNDDH dénonce le caractère complaisant de l’Arrêt-Ordonnance de la Cour d’Appel de Port-au-Prince et crie au scandale (Juil 2005)

Posted .

Le 28 août 1994, aux environs de 8 :00 P.M., le Père Jean-Marie Vincent a été assassiné au volant de sa voiture, à la rue Baussan, devant le portail d’entrée de la maison des Monfortain. L’enquête ouverte et poursuivie s’est heurtée à des difficultés de tous ordres. Quatre (4) juges d’instruction ont travaillé sur le dossier. Il s’agit de Mes Bernovil Audate, Joseph Edner Jean-Pierre, Jocelyne Pierre et Jean Sénat Fleury. Neuf (9) ans après cet assassinat spectaculaire, soit le 15 septembre 2003, le Juge Jean Sénat Fleury rendit l’ordonnance au dispositif suivant :

 

« Par ces motifs, conformément à la loi, disons que les charges sont suffisantes et qu’il y a lieu à suivre contre les inculpés : Jackson Joanis, ex-Capitaine des Forces Armées d’Haïti, Irvin Méhu, ex-Colonel des Forces Armées d’Haïti, Gary Etienne, Rémy Lucas, Gervais Poitevin, Nicol Poitevin, Hérold Cloiseau, Grégory Ligondé, Léonard Lucas, Patrick Lucas, Lieutenant Hérard dit “ti lieutenant”, etc.

 

Les renvoyons tous par devant le Tribunal Criminel de Port-au-Prince siégeant avec l’assistance du jury pour y être jugés sous l’inculpation des faits à eux reprochés. Les inculpés Jackson Joanis, Irvin Méhu, Hérold Cloiseau, comme auteurs matériels – Gary Etienne, Grégory Ligondé, comme complices – Rémy Lucas, Nicol Poitevin, Gervais Poitevin, Lieutenant Hérard dit Ti Lieutenant, Léonard Lucas, Patrick Lucas, comme auteurs intellectuels de l’assassinat sur la personne du Père Jean-Marie Vincent aux termes des articles 240, 241, 242, 247 et 249 du Code Pénal…..

Rapport PDF – Père Jean Marie Vincent